L'amiante

Énoncé de position de l'Association pulmonaire du Canada sur l'amiante

Ā la lumière des données scientifiques probantes, l'Association pulmonaire du Canada a déterminé que :

  • Toutes les formes d'amiante causent l'amiantose, une maladie fibreuse des poumons qui est évolutive et débilitante.
  • Toutes les formes d'amiante causent le mésothéliome, des cancers du poumon et du larynx et peuvent causer le cancer des ovaires, du système gastrointestinal et d'autres types de cancer.
  • Le meilleur moyen d'éliminer les maladies pulmonaires liées à l'amiante est d'en cesser l'usage.
  • L'extraction et l'exportation de l'amiante devraient être interdites afin de protéger la santé pulmonaire de tous.

 

 L'Association pulmonaire du Canada exhorte le Gouvernement du Canada à adopter une stratégie complète pour tous les aspects du dossier de l'amiante, y compris l'interdiction de l'extraction, de l'usage et de l'exportation de l'amiante, l'appui à l'ajout de l'amiante chrysotile à l'Annexe III de la Convention de Rotterdam, et la provision d'un soutien et de dédommagements appropriés aux personnes atteintes de maladies pulmonaires liées à l'amiante.

Nous croyons que les Canadiens-nes doivent être à l'abri de toute exposition à l'amiante près des mines et des usines, dans leurs communautés, à la maison et au travail. Les travailleurs qui sont en contact avec l'amiante ou des produits contenant de l'amiante devraient recevoir une formation et un équipement protecteur adéquats.

De plus, l'Association pulmonaire du Canada appuie les mesures suivantes :

  • En collaboration avec les provinces et les territoires, le gouvernement fédéral devrait établir un système national de surveillance afin de suivre les résultats de santé pulmonaire des personnes déjà exposées à l'amiante et tous les cas de maladie liée à l'amiante au Canada. Un tel système permettrait de mesurer l'ampleur  de la maladie liée à l'amiante, au Canada, sur une période prolongée. Il devrait être développé en partenariat avec tous les paliers de gouvernement et les agences de santé publique.
  • En collaboration avec les provinces et les territoires, le gouvernement fédéral devrait maintenir un registre public des immeubles contenant de l'amiante, notamment les bâtiments sur les territoires autochtones, les édifices gouvernementaux et les propriétés privées. Cela permettra d'identifier plus rapidement les risques sanitaires liés à l'amiante, en cas de dégradation de ces structures, et d'y répondre adéquatement.
  • Les personnes et les communautés visées par les stratégies d'élimination de l'industrie de l'amiante devraient disposer des ressources nécessaires à assurer leur stabilité financière à long terme. Les individus, les syndicats, les producteurs, les fabricants ainsi que tous les paliers de gouvernement doivent unir leurs efforts afin que les solutions envisagées répondent aux besoins de tous les groupes.
  • L'utilisation de produits de remplacement devrait être encouragée afin de limiter les cas d'exposition à l'amiante.
  • La recherche doit se poursuivre afin de déterminer comment réduire l'exposition à l'amiante dans les structures existantes où cette substance est présente.  

Dernière mise à jour : 23/06/2016