Opportunité de science citoyenne : surveillance de la qualité de l’air

Il est bien connu que les particules fines (PM2,5) présentes dans l’air ont des effets graves sur la santé. Elles sont également invisibles à l’œil nu. Nous nous sommes associés à Environnement et Changement climatique Canada (ECCC) et à des citoyens scientifiques dans le cadre d’un projet pilote utilisant des capteurs peu coûteux capables de détecter ces particules et de surveiller la qualité de l’air dans toute la province. En recueillant et en surveillant les données sur la qualité de l’air extérieur, l’Association pulmonaire du Nouveau-Brunswick et ses citoyens scientifiques aident ECCC à améliorer les prévisions de la qualité de l’air dans notre province, à accroître la compréhension du public à l’égard des sources d’exposition possibles aux PM2,5 et à mieux nous informer sur les mesures de protection que nous pouvons prendre pour réduire l’exposition.

Pourquoi surveiller la qualité de l’air au Nouveau-Brunswick?

La cote air santé (CAS) représente les risques sanitaires relatifs de la pollution atmosphérique pour une journée donnée. Le fait de disposer d’un plus grand nombre d’observations, comme celles provenant de petits capteurs, aide les prévisionnistes de la qualité de l’air à comprendre l’étendue des panaches de fumée à la surface, surtout pendant les feux de forêt. Ces dernières années, nous avons vu de la fumée transportée dans notre région depuis aussi loin que la Colombie-Britannique! Les scientifiques de la qualité de l’air d’ECCC étudient actuellement l’utilité d’utiliser ces petits capteurs pour augmenter le réseau actuel du Réseau national de surveillance de la pollution de l’air (RNSPA) et combler les lacunes dans les prévisions et les services de la CAS.

Qu’est-ce que la science citoyenne?

La science citoyenne est un autre nom pour la participation du public à la recherche environnementale. Il s’agit d’un moyen rentable de recueillir des données à plus grande échelle afin d’élargir le champ d’action d’un programme. Mieux encore, il n’est pas nécessaire d’être un « scientifique » pour se joindre à notre équipe de science citoyenne! Tout le monde peut le faire et c’est une excellente façon de s’assurer que les collectivités du Nouveau-Brunswick participent aux efforts de surveillance de la qualité de l’air.

Être un citoyen scientifique peut aussi vous être bénéfique! Si vous (ou des personnes que vous connaissez) avez des sensibilités telles que l’asthme, la MPOC ou des problèmes cardiaques, l’exposition à la fumée de bois peut être très dangereuse. Connaître la qualité de l’air de votre région peut vous aider dans la gestion quotidienne de ces problèmes de santé, et même vous redonner un sentiment de contrôle sur ces maladies.

Vous souhaitez devenir un citoyen scientifique?

Nous avons juste besoin de vos yeux (et de votre nez!) pour nous aider à donner un sens/contexte aux chiffres enregistrés par les capteurs. Si vous voyez ou sentez de la fumée, consultez la carte de la qualité de l’air et signalez-le sur notre groupe Facebook ou en utilisant le mot-clé #SurveillanceQA.

Les citoyens scientifiques sélectionnés installeront un petit capteur de particules fines (PM2,5) à l’extérieur de leur maison. Ils seront en mesure de voir à quoi ressemble la qualité de l’air dans leur maison et ils verront comment ces mesures changent lors d’événements liés à la qualité de l’air, comme le chauffage au bois résidentiel ou les feux de forêt. Nous demandons simplement aux participants de fournir à l’APNB des mises à jour et des rapports simples et de participer à des sondages tout au long de l’année.

Si vous souhaitez devenir un citoyen scientifique, communiquez avec : leah.hemphill@nb.lung.ca.

Suivez notre engagement dans les médias sociaux pour ce projet en utilisant les mots-clés #SurveillanceQA et #QANB.

 

Consultez les données en temps réel sur la qualité de l’air au Nouveau-Brunswick


Problème de visualisation sur mobile ? Cliquez ici

 

Les Ressources pour comprendre le CAS 

      

Dernière mise à jour : 13/09/2022